prec home dir suiv

France-Telecom - LECAM

img

img
LECAM 210
Toutes les photographies présentes sur cette page m'ont été gracieusement fournies par M. Bob Fastner, membre du Communications Museum Trust, www.comms.org.uk, www.facebook.com/commsmuseum

Appareil : Lecteur de cartes à puce
Date : vers 1990
Marque : France-Telecom
Type : LECAM

En 2014, date de création de cette page, j'espérais qu'un internaute serait en mesure de me fournir quelques photos de LECAM car je n'avais conservé ni de brochure, ni de lecteur.

En 2019, des photos m'ont été envoyées... du Royaume uni. Ca peut sembler surprenant sauf si l'on sait qu'elles m'ont été envoyées par un membre d'un musée, qui est plutôt une sorte de conservatoire, visant à préserver les équipements, la documentation et les connaissances sur les télécommunications. Ce musée acquiert toutes sortes de matériels, y compris étrangers.

Plus précisément, toutes les photos m'ont été envoyées par M. Bob Fastner, membre du Communications Museum Trust, www.comms.org.uk, www.facebook.com/commsmuseum que je remercie ici.

Le LECAM fait parti de ces joyaux de technicité française... qu'on aurait bien voulu voir inventé par d'autres. En résumé : une horreur technique et une aberration marketing. Mais de quoi s'agit-il ?

Le LECAM est un lecteur conçu par France-Télécom pour être connecté à un Minitel et devant en particulier permettre de réaliser des transactions sécurisées. Jusque là, rien que du bon. Voila ce que cela donne en photo :

img

La où ça se gâte, c'est la conception de l'appareil. Le LECAM est un gros lecteur mais on ne peut pas lui en vouloir puisqu'à l'origine, il est conçu pour être mis sous ou sur le Minitel. Non, l'horreur vient de ce qu'il s'agit d'un lecteur programmable avec un langage inventé par un fou (j'espère qu'il ne lira pas cette page) ce qui fait que son usage était généralement d'une grande lenteur car il fallait télécharger l'engin à 1200 bits par secondes.

Pour ma part, j'avais développé quelques programmes très simples (quelques octets) qui permettaient de l'utiliser en mode transparent (commande de mise sous tension, hors tension, ordre entrant et ordre sortant). La taille du programme étant très faible, il était rapidement téléchargé et le lecteur pouvait être utilisé quasiment comme un lecteur "normal".

Vers 1990, j'avais aussi, pour m'amuser, développé un environnement complet de programmation permettant de développer dans le langage de fou cité précédemment, de télécharger le programme, de le débugger, etc. Tout cela avec le look et l'ergonomie du Turbo Pascal avec son Turbo Debugger. Etant donné ce que je viens de dire, certains penseront que mes amusements frisaient le masochisme. C'est comme ça... (comme dit la chanson).

L'autre aberration est d'ordre marketing. Le LECAM était loué 50F par mois (de mémoire). Autant dire que les clients ne se bousculaient pas et les services non plus.

Le LECAM a été dérivé en plusieurs versions. En voici une, plus récente que le précédent :

img

img
LECAM 2

En 2014, je n'avais pour illustrer cette page que la photo ci-après 

img

Voilà ce que cela donne "en vrai" :

img
LECAM 2 sur son Minitel

Le LECAM 2 a également existé en version directement intégrée dans le Minitel (MAGIS).

Il me semble que dans les années 1995, il a été proposé gratuitement. Mais il déjà était trop tard.

Voici ce que j'écrivais sur le LECAM dans mon cours sur les cartes de 1989-92 :

Un cas typique de lecteur programmable est le LECAM. Il s'agit d'un lecteur connectable à un Minitel développé par France-Télécom. Son premier nom était LGP (Lecteur Grand Public) ce qui indique bien pour quel usage il avait tout d'abord été pensé.

Ce lecteur est programmable à l'aide d'un langage interprété assimilable à une sorte d'assembleur. Il existe des systèmes de développement pour faciliter la mise en oeuvre et le test de programmes pour LECAM (GENICAM, CPLECAM). Ce langage est particulièrement dédié à la mise en oeuvre des CAM et de fonctions de sécurité cryptographiques. Parmi les fonctions offertes, on peut citer en vrac :

  • la possibilité d'émettre des ordres entrants et sortants vers une CAM,
  • la mise en oeuvre d'un algorithme cryptographique (le GOC, Générateur d'octet chiffrant) permettant de faire du chiffrement et de la compression de données,
  • la reconnaissance automatique de certaines cartes et la possibilité d'y lire un bloc de connexion automatique facilitant l'accès aux services offerts par TELETEL,
  • un mini-éditeur permettant d'effectuer des saisies sécurisées à partir du Minitel,
  • etc.

En outre, le lecteur garanti que toute information considérée comme secrète ne peut circuler sur la ligne le reliant au serveur (clés de chiffrement, codes secrets, etc...).

Ce lecteur est essentiellement destiné à être utilisé à distance. Il est capable de réagir à un certain nombre de consignes telles que :

  • téléchargement de programme, chiffré ou non,
  • exécution d'un programme,
  • etc.

Les spécifications d'utilisation de ce lecteur sont diffusées par France-Télécom dans le document STUCAM dont vous pouvez télécharger les parties 1 et 2.

Les premiers modèles de lecteur (LECAM 110) ne respectaient pas intégralement les normes ISO (tension de programmation, position des contacts, etc...) ce qui n'est plus le cas pour les nouvelles générations. Il existe une version de ce lecteur directement connectable à une UC via une ligne gérée en asynchrone. Enfin, la société GEMPLUS commercialise un lecteur compatible LECAM au niveau des consignes (le GEMTEL).

Pour plus d'informations sur la documentation du LECAM, suivez ce lien, rubrique "France-Telecom".

Pour terminer, M. Bob Fastner m'a également envoyé une photo d'un Transtel sur un Minitel. Le Transtel est un lecteur de carte à piste muni d'une imprimante.

img
Transtel

Il me semble que France-Télécom avait également proposé un ensemble LECAM-Imprimante-Minitel qui pouvait servir comme terminal de paiement simplifié.

juillet 2012, maj, janvier 2014