prec home dir suiv

Microtrapano RC50 de Micromeccanica

 
perceuse

Présentation

Cette page concerne la révision d’une perceuse colonne de précision Microtrapano RC50 se la société italienne Micromeccanica.

Pourquoi de précision ? Cette perceuse est conçue pour l’horlogerie et l’électronique, deux domaines où il est rare d’avoir à percer avec un foret de 13mm ! Le diamètre maximum du mandrin est de 5mm. L’objectif est de pourvoir percer des trous de l’ordre de 2mm jusqu’à… le moins possible.

Évidemment, dans ces derniers cas, le moindre jeu est fatal pour le foret. Si on vise 0,2mm, le jeu doit être très inférieur à ce diamètre.

La construction de ces perceuses doit donc être particulièrement soignée pour éviter toute vibration et jeu.

Cela suppose que les assemblages eux-mêmes n’aient quasiment pas de jeu. La contrepartie est que les parties mobiles de la perceuse doivent être correctement entretenues sinon, elles se grippent et plus rien ne fonctionne, ou alors, pas nominalement.

Analyse de la perceuse

Je n'ai pas trouvé grand chose à son sujet. Elle est mentionnée dans le très beau site anglais http://www.lathes.co.uk/ dédié aux perceuses et tours anciens.

Les parties mobiles

Sur cette perceuse, il y a évidemment le mandrin monté sur son axe lui-même maintenu par des paliers à roulements. Il n’y a pas un poil de jeu.

Sur la partie supérieure de l’axe se trouve les poulies d’entrainement (3 vitesses) reliées au moteur par une courroie. À ma connaissance, toutes les anciennes perceuses de ce type ont un entrainement par courroie ce qui limite la transmission des vibrations du moteur au mandrin.

L’ensemble « mandrin-moteur » se trouve sur un bloc en fonte d’aluminium. Ce bloc coulisse sur un tube (la colonne) qui est solidaire du socle de la perceuse (lui-même posé sur un lourd socle en fonte). On fait monter ou descendre le bloc en actionnant un levier situé sur le socle et équipé d’une transmission qui passe dans la colonne. Un gros ressort de rappel (à l’intérieur de la colonne) permet de faire remonter le bloc lorsqu’on lâche le levier.

perceuse

Je trouve le système assez astucieux. Il évite tout risque de mouvement latéral de la perceuse (en général, le levier est disposé sur le bloc supportant le mandrin).

Une tige de section rectangulaire est fixée sur la colonne. Côté bloc, il y a un guide dans lequel coulisse cette tige. Son rôle est d’empêcher que le bloc puisse tourner autour de la colonne : seul, un mouvement vertical est autorisé.

perceuse

Là non plus, il n’y a quasiment pas de jeu. Le « quasiment » vient du fait que la tige est (forcément) de largeur inférieure au guide dans lequel elle coulisse. Je suppose que si l’on avait usiné le tout pour que le jeu soit plus réduit, il y aurait eu un risque de blocage du bloc sur la colonne.

C’est pourquoi il est prévu une molette qui pousse une ogive qui vient toucher la tige carrée et qui permet de supprimer le jeu (c'est du moins la seule utilité que j'ai trouvé à cette molette). Il faut évidemment trouver la bonne position de cette ogive. Trop poussée, elle frotte trop fortement sur la tige et on ne peut plus faire bouger le bloc. Pas assez poussé, on a un léger jeu. A noter qu’on peut pousser cette ogive mais on ne peut pas le tirer. Je suppose que le concepteur a estimé que s’il n’y avait pas de pression sur cette ogive, elle revenait d’elle-même suffisamment en arrière lorsqu’on manœuvrait la perceuse.

perceuse

Le plateau mobile est fixé sur la colonne. Il est réglable en hauteur et peut tourner autour de l'axe. La perceuse est livré avec un petit étaut qui peut être fixé sur le plateau.

Le changement de vitesse se fait en modifiant la position de la courroie sur les poulies. Trois vitesses sont disponibles : 2000, 6000 et 10000 tours par minute.

Divers

Derrière la colonne, sur le socle, se trouvent deux vis de réglage. L'une permet de régler la hauteur de départ du bloc, l'autre permet de limiter la profondeur de descente.

Un petit curseur situé sur le bloc permet de visualiser son déplacement vertical en millimètres. La graduation se trouve sur la colonne. Si on veut percer jusqu'à une profondeur donnée P, on utilise la molette qui permet de régler la hauteur de départ D du bloc de façon à ce que le forêt affleure la pièce à percer. On lit cette position D et on perce jusqu'à D+P.

Une autre possibilité est de régler la profondeur de perçage avec la molette de limitation de déplacement du bloc puis d'amener la pièce à percer jusqu'à ce qu'elle affleure le forêt. On peut ensuite utiliser le levier pour abaisser le bloc jusqu'à ce qu'au blocage.

Sur le côté droit du bloc se trouve un petit orifice muni d'un couvercle. Ce couvercle est maintenu fermé par un ressort de rappel. Cet orifice (un petit entonnoir) permet d'injecter un lubrifiant sur la colonne.

Sur le côté gauche du socle se trouve un autre orifice fermé par une bille. La bille est maintenue en position haute par un ressort. Le but de cet orifice est de permettre d'injecter un lubrifiant sur l'axe du levier qui actionne la montée et la descente du bloc.

Une vis dans le bloc permet de le bloquer sur la colonne. On aurait préféré une molette plutôt qu'une vis.

Un support situé sur le côté gauche du bloc permet de suspendre quelque chose. J'ai pensé au départ que c'était pour la clé de mandrin mais par la suite, je me suis dit qu'elle servait à suspendre la clé à 6 pans qui permet de blocage/déblocage du bloc.

Un interrupteur situé sur le coté gauche du socle permet de mettre en route ou d'arrêter la perceuse.

Révision de la perceuse

Lorsque j’ai reçu cette perceuse achetée d’occasion, le moteur tournait, le mandrin tournait et le bloc pouvait être descendu ou monté ce qui était bon signe. Par contre, il n’y avait ni clé de mandrin, ni courroie.

Pour faire connaissance, j’ai décidé de lui faire une petite révision. C’était nécessaire ! En fait, beaucoup d’éléments étaient grippés et il y avait quelques traces d’oxydation sur la colonne.

perceuse
Perceuse en cours de démontage. Coté gauche.

Enfin, l’électricité avait été bricolée (pas très bien) et la terre n’était pas connectée.

perceuse
Sous le socle.

J’ai réussi à démonter à peu près tout sauf la poulie moteur (probablement collée sur son axe) et le bloc moteur.

Après dégraissage, nettoyage puis graissage (ou huilage selon les cas) et pour finir, peinture (couleur d’origine), la perceuse a pris un coup de jeune.

Pour la lubrification de la colonne, j’ai essayé plusieurs lubrifiants. Finalement, le meilleur a été de l’huile moteur pour automobile.

Pour le graissage, j’utilise une graisse silicone.

J’ai bricolé cet outil pour remettre le ressort en place.

perceuse

Concernant les aspects électriques :

Quelques (petits) défauts et améliorations

Globalement, la fabrication est de qualité. Il y a toutefois quelques petits défauts de conception qui font le charme des produits italiens…

Taille

Sur la photo, la perceuse semble de taille impressionnante. Elle mesure en fait 34cm de haut. Elle est donc petite mais par contre, elle pèse son poids : près de 9kg.

Quelques photos

perceuse

 

perceuse

 

perceuse

 

perceuse

 

perceuse

octobre 2021