sf

Introduction

EN 2021, j'ai décidé de me séparer d'une grande partie de mes bouquins de science-fiction (SF). A cette occasion, j'ai commencé la relecture de ceux qui ne m'avaient laissé aucun souvenir et il y en avait un paquet.

Il faut dire que s'il existe quelques chef d'oeuvres marquants, le gros de la production est assez moyen voir, pire.

Évidemment, tout cela est très contestable. Mais ô toi, lecteur de SF qui est tombé sur cette page, n’as-tu pas pesté de temps en temps contre ces auteurs qui :

A contrario, on me citera « Dune » de Frank Herbert ou plus récemment, « La horde du contrevent » d'Alain Damasio. On y ajoutera également Isaac Asimov et son « histoire du futur » et peut-être Iain Banks, Pierre Boulle, Clifford Simak pour ceux qui me viennent immédiatement en tête. Certains me reprocheront de ne pas avoir cité Ray Bradbury, Barjavel (heu, oui, bon passons) ou pourquoi pas, Philip K. Dick et, pour les plus "connoisseurs", J.H. Rosny aîné (bon, voila, c'est fait).

Oui, il y a quelques grands auteurs et quelques très bon écrits, et c'est heureux. Mais peut-être que par manque d'intérêt et disons-le, en France, du fait d'un certain mépris pour le genre, il était difficile de filtrer les bons des mauvais et c'est pourquoi, à côté de quelques chefs d'oeuvre, la bibliothèque des afficionado de la SF est souvent encombrée de "romans de gare" d'où ce coup de balais salutaire.

Par contre, lorsqu'on vide, il faut aussi trouver un moyen pour ne pas racheter les livres dont on s'est débarrassé et dont on a aucun souvenir d'où cette liste qui est d'abord à mon propre usage mais qui pourra peut-être aider certains.

Les tableaux qui suivent sont classés par auteur pour les romans, les nouvelles et les études et par éditeur pour les anthologies. Parfois, il y a un jugement lapidaire sur l'ouvrage, parfois, c’est pour l’ensemble de l’œuvre. Il s'agit bien de jugement et pas d'une critique ou d'un résumé (concernant l'éventuel résumé, il se trouve généralement sur la quatrième de couverture, il faut cliquer sur la vignette pour l'avoir en grand). Pour cela, il existe déjà plein de sites qui font très bien leur boulot.

L'élaboration de cette liste prendra du temps puisqu'en général, je relis les ouvrages avant de décider de m'en séparer. Au final, elle devrait comporter quelques centaines de titres.

Les romans et nouvelles

Auteur / Jaquette Avis
A - B - C
ALDISS Brian

 

Croisière sans escale (1959)

Excellent.

ANDERSON Poul

 

La patrouille du temps (1960)

Un classique dans le genre. Mérite d'être lu.

ANDREVON Jean-Pierre

Considéré comme un auteur "engagé". Ca peut être un peu rasoir.

 

Dans les décors truqués (1979)

Très belles nouvelles dans ce recueil. Mais tout cela n'est pas d'une folle gaitée. A éviter si vous avez une déprime en cours.

 

Aujourd'hui, demain et après (1970-1982)

Recueil de nouvelles. Ca se lit. Souvent très noir et désabusé.

 

Les hommes-machines contre gandahar (1969)

Le titre fait penser à certains films US de série B (style, les monstres attaquent la ville...). Ici, il s'agit plus d'un conte pour enfant, plutôt réussi.

ASIMOV Isaac

J'aime beaucoup Asimov a tel point que je lui ai consacré une page spéciale pour une partie de son oeuvre.

Pour le reste, j'ai conservé tous ses romans et nouvelles que je ne listerai donc pas ici.

BAKER Scott

 

L'idiot roi (1978)

Curieux roman, assez prenant mais dont on ne tire pas grand chose au final.

BLACKWOOD Algernon

 

Le camp du chien ((1964)

Trois nouvelles. Pas relu, pas de souvenir.

BLISH James

 

Terre, il faut mourir (1961)

Recueil de nouvelles. A peine distrayant. Globalement passable.

BRADBURY Ray

 

Fahrenheit 451 (1955)

Faut-il encore présenter cet excellent roman ?

 

Le pays d'octobre (1957)

Recueil de nouvelles fantastiques (genre). Pas de souvenir, pas relu.

 

Les machines à bonheur (1949-1964)

Recueil de nouvelles. Pas de souvenir, pas relu.

 

Un remède à la mélancolie (1948-1959)

Excellentes nouvelles.

BROWN Fredric

L'humoriste de la science fiction. La plupart de ses romans on fait date.

 

L'univers en folie (1967)

Excellent  !

BRUNNER John

 

La ville est un échiquier

C'est une sorte d'exercice de style (l'histoire suivrait une véritable partie d'échec). Faut aimer les exercices de styles. L'intrigue est assez artificielle, le personnage principal est peu crédible. Ce n'est pas un mauvais roman mais on ne loupe pas grand chose si on ne le lit pas.

Pour ma part, il ne m'avait laissé aucun souvenir (années 1980, relu en 2021). De ce côté là, c'est un investissement assez rentable (2 bouquins pour le prix d'un !)

CARROL Jonathan

 

Le pays du fou rire (1980)

Pas d'avis.

de CHELDERODE Michel

 

Sortilèges et autres contes crépusculaires (1962)

CHERRYH Caroline

 

Chanur (1981)

Enchanté, moi c'est Pascal.

 

Les adieux du soleil (1981)

Très beaux textes, parfois poétiques, très sombres... Est-ce de la science-fiction ?

CIXIN Liu

 

Le problème à trois corps (2006)

D'abord, c'est exotique parce que c'est chinois !. En plus, ça couvre la période Mao jusqu'aux années 2000. Ensuite, l'histoire est très prenante.

Pour autant et même si l'auteur a reçu plusieurs prix, ce roman est plus intéressant pour sa description de la Chine que pour l'histoire elle même qui ne m'a pas laissé beaucoup de souvenir ni de matière à réflexion.

CLARKE C. Arthur

Connu pour être l'auteur de 2001 : l'odyssée de l'espace (roman éponyme du film de Stanley Kubrick, lui même inspiré de deux nouvelles de Clarke), les autres productions de l'auteur sont de qualité assez variables

 

Les enfants d'Icare (1954)

Ca se lit. Mais sans plus.

CONEY Michael

 

La locomotive à vapeur céleste (1983)

Beau titre mais aucun souvenir à part de l'ennui.

D - E - F
DAMASIO Alain

La plupart des textes (romans ou autres) de Damasio que j'ai lus seraient classés comme des chefs d'oeuvres ou au moins, comme de très bon romans. Mais La Horde du contrevent est tellement au sommet qu'elle a tendance à écraser les autres ouvrages de l'auteur. Au moins, on n'a pas le phénomène Herbert où à part Dune, le reste est très moyen pour ne pas dire pire. Avec Damasio, jusqu'à présent (2021), ce n'est "que du bon".

 

La Horde du contrevent (2004)

Pur chef d'oeuvre, tout simplement.

DEMUTH Michel

 

Les Galaxiales

Suite de nouvelles. Pas mal.

 

Les années métalliques (1977)

Suite de nouvelles. Bof, bof.

DICK Philip k.

De manière générale, je ne suis pas un grand fan de Philip K. Dick mais je comprends qu'on puisse l'être.

 

Substance mort (1977)

Je n'aime pas mais ce roman est considéré comme un des meilleurs ou au moins, un des plus forts de l'auteur.

 

Message de Frolix 8 (1970)

Rien de nouveau et pas exceptionnel (il faut avoir lu le livre pour comprendre). Du sous-Huxley, dans un monde très américain.

DICKSON Gordon R.

 

La masse Pritcher

Il y a des bons, il y a des méchants, il y a une sorte de Covid++ qui sévit... Sans intérêt.

DUMAS Alexandre

 

Le meneur de loups

Histoire fantastique (genre).

ELLISON Harlan

 

Du pays de la peur (1967)

Horreur (genre). Recueil. Pas de souvenir, pas relu.

ESCHBACH Andreas

 

Kwest (2001)

Très bon.

G - H - I
GAIMAN Neil

 

Stardust (1999)

Pas relu, pas de souvenir.

GIBSON William

 

Neuromancien

Quelques bon passages mais dans l'ensemble rasoir, daté et informatiquement parlant (sujet important dans l'histoire), à côté de la plaque. Au 2/3, j'ai fini par abandonner.

J'avais complètement oublié l'histoire.

HERAULT P.J.

 

Gurvan (1987-1988)

Excellent space-opera. Edité par les éditions Critic. Pour ceux qui ne connaissent pas, Critic est une petite librairie rennaise spécialisée dans la science fiction (et assimilés) et la bande dessinée. Les vendeurs sont de très bon conseils. Ils ont fondé une maison d'édition qui réédite quelques classiques de la science fiction.

HERBERT Brian (à ne pas confondre avec le papa (Frank Herbert) !)

 

La maison des Atréïdes

Ce livre est un navet++. Si vous aimez les navets, vous ne serez pas déçu. En plus, ils se sont mis à 2 pour le pondre.

Je ne peux pas résister à citer une phrase du quatrième de couverture censée présenter l'histoire :La scène de Dune est de celle ou les éclairs shakespeariens s'unissent aux ténèbres de Dantes. Le type qui a écrit ça était complètement frappé. Ou alors, il a un humour ravageur.

HERBERT Frank

Connu comme l'auteur de Dune, les autres productions de Frank Herbert sont assez moyennes.

 

Dune + Le messie de Dune (1965)

Considéré comme un des chefs d'oeuvre de la science fiction. Si Dune est effectivement un chef d'oeuvre, les suites sont de moins en moins bonnes jusqu'à en devenir ridicules.

Le sommet dans la nullité a été atteint par son fils (Brian Herbert).

 

L'empereur-dieu de Dune (1981)

Navet ridicule.

 

Destination vide (1966)

Je suis arrivé à destination et j'ai une idée du néant. A oublier

 

L'incident Jésus (1979)

Il parait que c'est la suite de destination vide. Aucun souvenir.

 

La ruche d'Hellstrom (1972)

C'est avec ce bouquin, pas très bon au demeurant, que j'ai compris l'engagement de Frank Herbert dans l'écologie (visible également dans Dune). On peut se passer de le lire, comme le reste des ouvrages de l'auteur, hors Dune.

HILL Tobias

 

Le cryptographe (2003)

Je n'ai aucun souvenir de ce livre pourtant récent. Et comme le thème ne m'intéresse pas trop (peut-être parce que j'ai connu professionnellement), je n'ai pas eu envie de le relire (ou le lire). Donc, pas d'avis.

HUXLEY Aldous

 

Le meilleur des mondes (1932)

Chef d'oeuvre. Encore plus que 1984, ce roman est de moins en moins de la S.F. et de plus en plus un roman réaliste. La prescience d'Huxley est tout bonnement glaçante.

J - K - L
KAPP Colin

 

Commando Para-Ion

Il y a des gentils (les colons) dont le zéro, il y a des méchants (les Terriens de la planète mère), il y a une très méchante (qui est en fait une très gentille).

A la fin, les gentils gagnent et le zéro épouse la très méchante qui est en fait une très gentille. Ca va, vous avez suivi ?

KLEIN Gérard

 

Le temps n'a pas d'odeur (1963)

Peut mieux faire (et a fait mieux !)

 

La loi du talion (1973)

Plutôt pas mal.

KOMATSU Sakyo

 

La submersion du Japon

Si l'histoire est parfois un peu décousue, ça se lit bien et c'est suffisamment prenant pour qu'on veuille connaitre la fin. Et l'on trouve aussi quelques indications sur la mentalité japonaise (des années 1970).

LAPOUGE Laure-Marie

 

La planète interdite (2011)

Si vous avez aimé Avatar ou Gaïa dans Fondation foudroyée, vous ne serez pas déçu par ce roman prenant dont l'histoire décrit une civilisation en symbiose avec sa planète qui se trouve confrontée à l'arrivée de terriens qui en veulent à ses matières premières.

M - N - O
MARTIN George R.R.

 

Des astres et des ombres (1977)

Aucun souvenir, pas relu.

MATHESON Richard

 

Je suis une légende (1955)

Un classique de la science fiction. Deux films ont été inspirés de ce roman.

MERRITT Abraham

 

 

Le visage dans l'abime (1959)

Aucun souvenir, pas relu. Par contre, ça montre qu'il est utile de faire une liste de ce qu'on achète : fait partie de mes doublons.

ORWELL George

 

1984 (1950)

Chef d'oeuvre. Mais malheureusement, fait de plus en plus partie des romans réalistes et pas de la S.F.

Une des sources d'inspiration d'Orwell pour ce roman serait The Managerial Revolution de James Burnham dont vous trouverez la traduction en français ici.

P - Q - R
POHL Frederik

 

 

La Grande Porte (1977)

Très bons. A lire et relire  !

RAYER Francis G.

 

Le lendemain de la machine (1951)

Ca démarre plutôt bien. Mais globalement, c'est raté.

RENARD Maurice

 

Le péril bleu (1910)

Interressant à titre historique (SF française, 1910), ça se lit.

S - T - U
SHECKLEY Robert

 

Dramoclès (1983)

Pas de souvenir, pas relu.

SILVERBERG Robert

 

Les chemins de l'espace (1967)

Plutôt bon malgré une fin un peu faible.

 

Starborne

Ca se lit. Mais bof.

 

L'homme dans le labyrinthe (1969)

Original et prenant.

SLOANE William

 

La rive incertaine (1962)

Pas relu, pas de souvenir.

SIMAK Clifford D.

Avec le temps, j'ai de plus en plus apprécié Clifford Simak pour son originalité, son humanisme et son universalité, qualités rares chez les américains. Peut-être pare qu'il est né en 1904 et a bénéficié d'une culture encore imprégnée de pensée européenne...

 

Demain les chiens (1952)

Pour beaucoup, ce roman fait partie des chefs d'oeuvres de la S.F. Et c'est aussi mon point de vue.

 

L'empire des esprits (1970)

Plutôt bon.

 

Projet Vatican XVII (1981)

Ce roman tardif mérite vraiment d'être lu. Par contre, ne vous laissez pas abuser par le résumé en quatrième de couverture qui est assez débile (le "dont il présente le sanglant, le tragique destin" n'a strictement rien à faire ici).

 

Les ingénieurs du cosmos (1939-1950)

Une oeuvre de jeunesse très honorable.

 

A Chacun ses dieux (1972)

Original, beau, poétique.

 

Le pélerinage enchanté (1975)

Excellent. Pour moi, bien supérieur à Tolkien et autres oeuvres d'heroic fantasy.

 

Dans le torrent des siècles (1951)

Histoire temporelle alambiquée. Ca se lit mais ce n'est pas très réussi. D'autres thèmes sont abordés (la destinée, l'égalité entre humains naturels et artificiels...).

SMITH A.C.H.

 

Dark Crystal

Conte pour enfants. Ca ne devrait pas trop vous intéresser si vous avez dépassé l'âge de raison. Sinon, c'est de l'infantilisme et pour info, c'est une maladie.

SPINRAD Norman

 

Jack Barron et l'éternité (1969)

Une sorte de mythe Faustien revisité. Plutôt bon.

STERNBERG Jacques

 

Entre deux mondes incertains (1957)

Série de nouvelles. J'ai adoré "Le Navigateur". Pour les autres, pas trop de souvenirs.

STURGEON Theodore

Theodore Sturgeon me fait penser à Clifford Simak pour ce qui est de la qualité de l'écriture. Peut-être est-ce un effet générationnel (Clifford Simak est né en 1904, Théodore Sturgeon en 1918).

Ses romans et nouvelles sont souvent à mi-chemin entre science-fiction et fantastique et se lisent agréablement. Pour autant, ils manquent un peu de "profondeur" (désolé, je n'ai pas trouvé mieux) ce qui fait que même s'il s'agit d'un auteur reconnu, je ne considère pas qu'il ait produit de réels chefs d'oeuvres. Mais avoir produit de bons romans et de bonnes nouvelles n'est déjà pas si mal.

 

Cristal qui songe (1950)

Un classique de la littérature de science-fiction. En fait il s'agit plutôt de fantastique.

 

Les talents de Xanadu (1972)

Suite de nouvelles, certaines plaisantes.

 

Les plus qu'humains (1953)

Considéré comme un bon roman. Pas relu, pas de souvenir.

 

Killdozer / Le viol cosmique (1944-1958)

Killdozer : quand un bulldozer se prend une pelle.

Le viol cosmique : quand une entité extraterrestre se retrouve dans un poivrot.

 

Amour impair et manque (1960)

Suite de nouvelles.

V - W - X
VAN VOGT

VAN VOGT a eu énormément de succès dans les années 1950. En France, c'est Boris Vian qui l'a fait connaitre (excusez du peu). J'ai abordé la SF grâce à lui (Van Vogt, pas Boris Vian) et "La Faune de l'Espace" puis "A la poursuite des Slans" et beaucoup d'autres par la suite.

Et puis, j'ai eu le malheur de les relire quelques années après, puis encore quelques années plus tard. A chaque fois, une déception de plus en plus grande. J'ai fini par comprendre pourquoi.

Van Vogt a de très bonnes idées de départ. Mais il les gâche à peu près toujours de la même façon :

  • Le mythe du surhomme : on le retrouve dans la plupart de ces bouquins. Les américains ont un vrai problème avec ça.
  • Les fins en général bâclées et grandguignolesques, comme si Van Vogt se désintéressait du sujet.

 

La bataille de l'éternité

Ce livre est un cas : j'avais complètement oublié l'histoire que j'avais du lire dans les années 1980. Je l'ai relue en 2021. Quelques jours après, j'avais de nouveau tout oublié. A lire donc, pour avoir une idée du néant.

 

L'été indien d'une paire de lunettes (1979)

Un titre comme ça d'un type comme ça, vous achetez le bouquin. Ce que j'ai fait. Au moins, le titre est bon...

 

Les armureries d'Isher (1951)

L'idée est excellente, mais son développement souffre des défauts habituels des romans de Van Vogt. Dommage.

 

Le colosse anarchique (1977)

Bonne idée de départ. Mais...

 

La faune de l'espace (1950)

Comme d'habitude, très bonne idée de départ que j'ai fait mienne par la suite et qui postule qu'une des façon de progresser dans la compréhension (du monde, de l'humain, des sciences, etc.), c'est de former des supergénéralistes qui sont chargés de faire le lien entre des personnes de plus en plus spécialisées. Sauf que dans le roman, ça se traduit une fois de plus (chez Van Vogt) par le fait que le supergénéraliste devient une sorte de superman et là, ça part en sucette.

J'ai gardé le livre parce que c'est celui avec lequel j'ai abordé la science fiction (j'aurais pu plus mal tomber) et parce que j'aime bien la couverture.

A propos de couverture, la quatrième indique qu'un important film vient d'être tourné à partir de son livre "A la poursuite des Slans". Mais pas de trace du film...

 

 

Le Monde des Non A (1945)

Les joueurs du Non A (1956)

La fin du Non A (1984)

Tout pour être un chef d'oeuvre. D'ailleurs, il est considéré comme tel par pas mal de personnes. Sauf que c'est du Van Vogt : au final, le roman se réduit à une histoire de Superman. Quel gâchis !

Le premier roman a été traduit par Boris Vian.

 

Créateur d'univers (1948)

J'ai relu quelques extraits qui m'ont convaincu de deux choses :

  • je n'ai aucun souvenir de ce bouquin.
  • je n'ai pas envie de le (re)lire.

 

Destination univers (1969)

Série de nouvelles, dont certaines plutôt très bonnes (Destination Centaure, Le monstre, Réveil, Le village enchanté, Un pot de peinture, Défensive, Les maitres, Correspondances, Le Son, La quête).

 

La guerre contre le Rull (1959)

Bon roman.

 

A la poursuite des Slans (1940)

Un des très bons romans de Van Vogt et de la science fiction en général.

 

Le livre de Ptath (1947)

Peu de souvenir de ce roman que je n'ai pas relu en 2021.

 

 

L'Empire de l'atome (1956)

Le sorcier de Linn (1962)

Fait partie des bons romans de Van Vogt.

 

Les opérateurs humains (1970)

Recueil de nouvelles (Les opérateurs humains, La jungle de Mira, Humains, Go Home, Accomplissement, Lui, L'homme filtrant). J'ai conservé l'avis de ma première lecture dans les années 1970 : pas mal ! Ca ne laisse rien présager de très bons.

VARLEY John

 

Titan

Plaisant avec pas mal d'humour. Idéal pour un aller et retour un peu long en train. Très "américain" aussi : en gros, les références, ce sont les Etats-unis et Disney Land.

Ca n'apporte pas grand chose, à part une distraction passagère.

 

Sorcière

Ca se lit.

WAGNER C. Roland

 

La balle du néant (2002)

Très prenant et astucieux.

WERBER Bernard

 

Le papillon des étoiles (2006)

Ca se lit bien.

WUL Stefan

 

Rayons pour Sidar (1971)

Je n'ai (en 2021) que de vagues souvenirs de ce roman que j'avais lu dans les années 1970. Wul fait d'assez bon space opéra de gares... A l'époque, j'avais noté "pas mal".

Y - Z
ZELAZNY Roger

Avec "L'ile des morts", j'avais considéré Zelazny comme l'annonciateur d'un renouveau de la SF dans les années 1970-1980. Mais après avoir fait quelques tentatives avec d'autres romans, j'ai abandonné l'auteur.

 

La main d'oberon

Original dans son écriture mais tellement sophistiqué que ça en devient artificiel et finalement assez rasoir. D'ailleurs, je n'ai pas fait trop d'effort : j'ai abandonné ma relecture (en 2021) après quelques dizaines de pages.

 

Les fusils d'Avalon (1972)

Pas relu, pas de souvenir.

Les anthologies et les recueils

Editeur Avis
CASTERMAN

 

Histoires des temps futurs (1970)

Après demain la terre... (1971)

Sous la direction d'Alain Dorémieux, Casterman a publié une série d'anthologies de belle qualité avec des textes très bien choisis.

PLANETE (Editions)

 

Anthologie Planète : Les chefs d'oeuvres de la science fiction

Le titre n'est pas usurpé. C'est la meilleure anthologie que j'ai eu. Si vous en croisez une d'occasion, laissez vous tenter. Au menu :

  • La Brousse, Ray Bradbury
  • Le vaisseau fantome, Ward Moore
  • Jeu d'enfant, William Tenn
  • Civilisation 2190, Gérard Klein
  • Arène, Frédéric Brown
  • Une marche dans la nuit, Arthur C. Clarke
  • Raides mortes, Clifford D. Simak
  • La chaine et le collier, Catherine Cliff
  • Mère, Philip José Farmer
  • La merveilleuse aventure du bébé Hurkle, Théodore Sturgeon
  • Une maison dernier cri, Richard Matheson
  • Tlön Uqbar Orbis Tertius, Jorge Luis Borges
  • C'est du billard, Philippe Curval
  • Requiem, Edmond Hamilton
  • Où sont les autres,Cordwainer Smith
  • Bucolique, A.E. Van Vogt
  • L'oeil avide, Robert Bloch
  • Univers zéro, Jacques Sternberg
  • Dans les murs d'Eryx, H.P. Lovecraft
  • Tout ce que nous sommes, Robert Sheckley
  • Le bout de la route, Poul Anderson
  • Le cinquième sens, François Richaudeau
  • Comment tuer un brontausaure, Brian W. Aldiss
  • Chrysalia, André Ruellan
  • Le bébé dans la cuisinière, John T. Sladek
  • Cycle de survie, Richard Matheson
  • L'ultime son, Charles Beaumont
  • La machine à deux mains, Henry Kuttner
  • Quatrième expédition, Stanislas Lem
  • La mère, Alfred Coppel
  • Le labyrinthe, Frank-M. Robinson
  • Les défenseurs, Philip K.Dick
  • Les Ruum, Arthur Porges
  • Les villes, Gérard Klein
  • Un roulement de tonnerre, Ray Bradbury
  • A l'auble d'un grand soir

L'anthologie comporte également des illustrations de plusieurs artistes et une brève bibliographie des auteurs.

FICTION

 

Futurs d'antan (1974)

Sous la direction d'Alain Dorémieux, quelques nouvelles de sciences fictions des premières années de la revue Fiction. Et comme toujours avec Alain Dorémieux, le choix est excellent.

LE LIVRE DE POCHE

Le livre de poche a édité une superbe anthologie de la science fiction, 40 volumes en 1989, classés par thèmes. En voici quelques-uns. Pas de critique associée aux différents tomes car ça n'a pas vraiment de sens.

 

Histoires d'extraterrestres (1974)

C'est extra !

 

Histoires de machines (1974)

 

Histoires de cosmonautes (1974)

 

Histoires de Planètes (1975)

 

Histoires de fins du monde (1974)

Thème ô combien d'actualité dans les années 2020...

 

Histoires a rebours (1978)

 

Histoires de la fin des temps (1983)

Encore un effort, on y est presque

 

Histoires fausses (1984)

Quand les choses ne sont pas ce qu'elles semblent...

 

Histoires paradoxales (1984)

 

Histoires de guerres futures (1985)

 

Histoires de créatures (1989)

 

La frontière éclatée (1989)

 

Histoires de robots (1993)

J'AI LU

Dans les années 1980, J'ai Lu a édité annuellement une série de recueils de nouvelles ayant pour nom générique "Univers" suivi de l'année considérée. Sans être du même niveau que l'anthologie du livre de poche, on y trouve quelques perles et surtout, on peut assister à l'évolution du genre année après année.

 

Univers 1982

 

Univers 1983

 

Univers 1985

 

Univers 1987

 

Univers 1989

Librairie l'Atalante

   

UTOPIAE 2001, Fin de l'Odyssée ?

Recueil d'auteurs européens.

Chez J'ai Lu, Jacques Sadoul présente "Les meilleurs récits de..."

 

Les meilleurs récits de Weird Tales (période 1925 à 1932)

Horreur (genre). Personnellement, je n'aime pas trop.

 

Les meilleurs récits d'Astounding stories (1974)

Si ce sont les meilleurs, pas étonnant que la revue ait sombré.

 

Les meilleurs récits de Thrilling Wonder stories (1978)

Jupettes et mentons carrés (sur les couvertures. Pour le reste, pas de souvenir).

Le livre d'or de la science fiction chez Presses Pocket (1978-1987)

Excellente anthologie. Chaque volume est le plus souvent associé à un auteur. Parfois, il couvre un thème ou un pays.

Chaque volume comporte une analyse (sur l'auteur ou le thème) et chaque histoire comporte une courte introduction.

Pas de critique associée aux différents tomes car ça n'a pas vraiment de sens.

 

Science fiction italienne

 

Science fiction allemande

 

Le monde des chimères (l'épopée fantastique)

 

Alfred BESTER

 

Robert SHECKLEY

 

John BRUNNER

 

Jack VANCE

 

A.E. VAN VOGT

 

Philip K. DICK

 

Frank HERBERT

 

Arthur C. CLARKE

 

Christopher PRIEST

Etudes et histoires

Auteur Avis
SADOUL Jacques

 

Histoire de la science fiction moderne (1973)

Il me semble que cet ouvrage publié chez Albin Michel a longtemps fait référence. Mais moderne, il n'est plus puisqu'il s'arrête en 1973 et que le temps a passé (et aux dernières nouvelles, il continue de passer). A noter toutefois qu'une réédition augmentée a été publiée en 1984 chez Rober Laffont.

Cette histoire présente à la fois le domaine anglo-saxon (quantitativement le plus important) et le domaine français (historiquement, un des plus anciens).

Pour le domaine anglo-saxon, il distingue 7 époques :

  • Fondation (1911-1925)
  • Cristallisation (1926-1933)
  • Mutation (1934-1938)
  • Moisson (1939-1949)
  • Prolifération (1950-1957)
  • Récession (1958-1965)
  • Résurrection (1966-1971)

 

Histoire de la science fiction moderne - 2. Domaine français (1973)

Comme son nom l'indique...

van HERP Jacques

 

Panorama de la science-fiction (1975)

Cet ouvrage se différencie de celui de Jacques Sadoul par la façon dont il aborde la science fiction : les thèmes, les genres, les écoles, les problèmes. Il a été édité par Marabout Université.