prec home dir suiv

CHOUR - Régleur de montres mécaniques / chronocomparateur RM2

img

Appareil : Chronocomparateur (régleur de montres mécaniques)
Date : 2019
Type : PC-RM2
Marque : Chour
Principaux constituants : En cours

Présentation

L’appareil présenté sur cette page est un régleur de montres mécaniques d’atelier. Il s'agit d'une évolution du régleur PC-RM1 dont je vous suggère la lecture si vous souhaitez en savoir plus sur les régleurs de montres. Je ne détaillerai ici que les différences avec PC-RM1 :

Capteur de PC-RM2

PC-RM1 fonctionne parfaitement. Ma principale motivation pour faire PC-RM2 était de réaliser un capteur de montre d'aspect plus professionnel et plus immunisé vis-a-vis du bruit électrique ambiant.

Principe du capteur de PC-RM2

Le capteur se présente sous la forme d'un boitier en aluminium massif sur lequel se trouve des rails sur lesquels coulisse un chariot avec son presseur de montre.

Ce presseur est en vis-a-vis d'un autre presseur fixe qui traverse le boitier. C'est ce presseur qui récupère la vibration du Tic-Tac de la montre et la transmet à un élément piezo-électrique.

Cet élément est connecté à un amplificateur (le même que celui de PC-RM1). Le signal est ensuite transmis à un équipement de mesure (il peut s'agir de PC-RM1  il suffit de lui retire son préamplificateur).

Je vois deux avantage par rapport au capteur de PC-RM1 :

Enfin, le capteur est relié à l'équipement de mesure par 3 fils :

img

Vue de l'intérieur du boitier

Conseils de réalisation

Boitier et chariot

Je passe rapidement sur le boitier et le chariot mobile. J'ai utilisé des tubes de 6mm en aluminium pour les rails. Le chariot est simplement une plaque d'aluminium épaisse. On peut voir des tubes en plastique entre le chariot et les rails : ils sont là pour rallonger la surface de contact et éviter que le chariot se grippe sur les rails. Accessoirement, le frottement est suffisant pour que les montres soient bien tenues sans qu'il y ait besoin de bloquer le chariot par un élément quelconque : Au début de la conception, j'avais envisagé de mettre des ressorts pour que le presseur mobile soit poussé vers le presseur fixe mais finalement, c'est inutile.

img

Vue du chariot et des presseurs

Presseur fixe

Le presseur fixe traverse le boitier. La partie supérieure permet, avec le presseur mobile, de maintenir la montre, la partie inférieure porte l'élément piezo.

Le rôle de ce presseur est de transmettre l'infime vibration créee par la montrée à l'élément piezo.

Je ne sais pas si c'est vraiment utile mais pour cette fonction, j'ai préféré choisir de l'acier dur (dont on fait les cornières par exemple).

Ce presseur doit être fixé au boitier. Sur les matériels professionnels, il y a toujours un isolant entre le presseur et le boitier. Je suppose qu'il sert à isoler le presseur des vibrations parasites de l'environnement.

Ne sachant pas très bien si ce phénomène était vraiment gênant, j'ai fait comme dans les matériels professionnels. Le presseur est fixé par trois boulons formant un triangle dont une pointe est en bas (la base du triangle est en haut).

Les têtes des boulons sont sur le boitier. Les vis passent à travers le presseur fixe via des passe-fils en caoutchouc, le tout étant maintenu avec des écrous et des entretoises.

A noter que j'ai mis du 4mm parce que je n'avais que ça sous la main dans la longueur souhaitée. Du 3mm est largement suffisant et plus logeable.

Sur la partie inférieure du presseur est vissé une entretoise en acier de longueur "suffisante". L'élément piezo est collé sur cette entretoise. Pour avoir de bons résultats de mesure, il est important que l'extrémité de l'entretoise arrive vers le centre du capteur.

img

Vue du chariot et des presseurs

Evidemment, le presseur fixe ne doit pas toucher le boitier lorsqu'il le traverse.

Circuit

J'ai utilisé une plaquette à trous de 6x4cm qui s'avère largement suffisante en surface. Il y a même une réservation pour une extension (par exemple, mettre une LED pour signaler que capteur est sous tension et une autre LED pilotée par un transistor pour indiquer la détection d'un signal).

Le point auquel il faut prêter attention est que tous les fils volants doivent, soit être maintenus (avec de la colle ou autre), soit être positionnés de telle sorte qu'ils ne viennent pas frotter contre quelque chose. Dans le cas contraire, ils risquent de générer des chocs qui viendront perturber les mesures : le capteur est vraiment très sensible ! Ce point est particulièrement vrai pour les fils qui relient l'élément piezo au circuit.

A propos de sensibilité, voici ce que donne la sortie du capteur avec le mouvement (LORSA 237B) qui me sert pour les tests :

img

Vue du chariot et des presseurs

Le schéma de l'amplificateur se trouve sur le site http://www.watchoscope.com/. Remplacer le TL074 par un LM324 afin de pouvoir alimenter le tout en 5V (USB par exemple).


Cliquez sur l'image pour aller sur le site de Watch-O-Scope

A noter que le potentiomètre ne se trouve pas sur le capteur mais est reporté dans l'équipement de mesure.

L'équipement de mesure

Vous pouvez connecter ce capteur à PC-RM1. Dans ce cas, le schéma du circuit doit être modifié comme suit :

img
Schéma de PC-RM1. La partie en rouge doit être supprimée. Depuis PC-RM1, vous devez fournir une masse (Gnd) et 5V au capteur. La sortie du capteur (sortie de C7 sur le schéma de l'amplificateur) doit être reliée à SW2.

Sinon, je compte développer une nouvelle version de l'équipement de mesure. Rendez-vous dans quelques temps...